DANIEL GIVONE

PANZAÏ

Une chanson plaisir coupable ? 

Il y en a pas mal, je suis très ouvert, j’aime tout ! Je n’ai jamais le sentiment de ne pas aimer une musique. Quand j’étais petit, j’aimais beaucoup “Qui a Tué Grand-Maman” de Michel Polnareff. 

Quel est le morceau qui te fait vibrer ?

En ce moment, je suis fasciné par un jeune guitariste népalais, Ichika Nito. J’attendais quelque chose depuis un petit moment. De retrouver des guitaristes/artistes reconnaissables, et avec sa musique j’ai l’impression que quelque chose se passe. Pour moi, la musique c’est la communication, la créativité. La musique doit toucher et celle de ce jeune guitariste me fait vibrer. 

 

 

Pourquoi as-tu choisi cet instrument ? 

Je suis fils et petit-fils de musiciens, ce n’est pas vraiment moi qui ai choisi la guitare, c’est elle qui m’a choisi. Je ne sais pas pourquoi mais j’étais attiré par cet instrument. C’est lui qui m’a choisi ! 

Quelles sont tes actualités ? 

J’ai été 24 fois au Népal, cette information aidera surement à comprendre tous mes projets actuels. En ce moment, je joue de la musique traditionnelle népalaise dans un quartet (deux guitares/un batteur/un bassiste). Je fais moins de jazz manouche, je reviens à mes amours dans ce projet népalais (blues fusion, musique népalaise). Ce projet me permet de jouer de la musique traditionnelle népalaise en l’arrangeant à ma façon. Je joue également de la Sarangi, un instrument traditionnel népalais. 

 

Où peut-on écouter ta musique/te suivre ? 

Sur YouTube pour le moment , mais je devrais bientôt arriver sur Instagram !

 

Ton livre favori ? 

Le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas. Quand j’étais jeune, ça me semblait très très curieux. La nature humaine peut être très cruelle parfois. Dans ce livre, on voit que le personnage évolue et que malgré son évolution, il ne pardonne jamais. C’est vraiment un livre qui m’a marqué. 

 

Ton film favori ? 

La vie est belle de Frank Capra. Ce film est monstrueux parce qu’il prouve que chaque individu est important. Si une personne n’avait pas été là, tout aurait été différent. 

Un petit mot sur le Collectif PAN ?

Ce sont des copains, je les ai connus très jeunes. J’étais super content quand j’ai appris que le Collectif se créait. Je suis très fier d’eux. Pour les musiciens, c’est très important d’avoir des structures comme le Collectif PAN. On se sent appartenir à une famille. 

Comment est né ce projet ? 

Il faut demander à Nicolas Talbot ! On accompagnait un ami chanteur et à la fin des concerts je jouais des concerts en solo. Et suite à ça, le Collectif PAN m’a contacté pour faire des concerts en solo. À ce moment-là j’étais tout juste en train d’enregistrer un album solo. Au départ je ne pensais pas me lancer dans un projet de ce type mais Nico m’a conseillé de le faire.

Être en solo a beaucoup d’avantages, d’abord tu peux faire ce que tu veux. Ce projet-là, c’est l’occasion de ne pas se limiter à un style de musique, je peux m’inspirer de toutes les musiques que j’ai déjà jouées dans ma vie (musique traditionnelle népalaise, rock, manouche...) .

Collectif PAN

9 rue Neuve Bourg l'Abbé

14 000 CAEN

Tél : 02 50 08 62 44

Licences 2-1111360 / 3-1111361